Vendredi 28 février 2014 5 28 /02 /Fév /2014 17:00

module-degustation-bourgogne

Dîner-conférence module "Bourgogne" pour le rotary de Bernais, dans l'Eure, à l'hostellerie du Lion d'Or à Beaumont Le Roger, mardi 25 février 2014, avec les Maisons :


JEAN-LOUIS TRAPET à Gevrey-Chambertin, OLIVIER LEFLAIVE à Puligny-Montrachet et JOSEPH FAIVELEY à Nuits-Saint-Georges. 

Par François MARTIN - Publié dans : FRANCE DÉGUSTATION
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 5 août 2013 1 05 /08 /Août /2013 08:42
Les violents orages du mois de juin ont fortement perturbé la floraison tardive des Merlots, provoquant pour ce cépage une coulure d’une exceptionnelle sévérité. Compte tenu de l’encépagement du vignoble bordelais, près des 2/3 des surfaces sont concernées.
Comme si un malheur n’arrivait jamais seul, une attaque de grêle survenue le 2 août, est venue altérer de manière plus localisée, mais significative une partie du vignoble de l’Entre-Deux-Mers.

En octobre, des Merlots fragilisés, devenus très sensibles au Botrytis, et des Cabernets extrêmement tardifs, annoncent un millésime à très faible rendement, techniquement difficile à vinifier.

Si la fin de la décennie précédente a révélé deux millésimes d’exception pour les vins de Bordeaux, les trois millésimes suivants vont contribuer à dégrader une situation économique déjà précaire depuis bientôt 15 ans. 

Face à une offre réduite, souhaitons que la demande se raffermisse et que les mois de septembre et d’octobre soient ensoleillés ! …
Par François MARTIN - Publié dans : FRANCOIS MARTIN
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 25 juin 2013 2 25 /06 /Juin /2013 23:38

ocean.jpg

Daniel Boulogne vient de boucler un tour du monde à la voile Nord-Sud de 28000 miles, soit 55000 kms.

Pendant une année, deux vins de Bordeaux l’ont accompagné dans son périple :

- 6 bouteilles de Château Haut-Mazières – AOP Bordeaux 2009 (élaboré par l’Union des Producteurs de Grangeneuve et Rauzan)

- 1 magnum de Château Puyfromage – AOP Bordeaux-Côtes de Franc 2000 (famille Marque-Albert).

Dégustation comparative des vins de mer avec ceux restés à terre, le 20 juin à Vinexpo Bordeaux : une différence marquée !

La robe rubis à reflets carminés de Haut-Mazières dévoile des reflets bruns orangés, démontrant un phénomène d’évolution accélérée de la robe en mer.
Cette observation est également relevée pour Puyfromage 2000, avec une robe rouge orangée logiquement plus évoluée, mais une différence de teinte moindre entre les deux échantillons.

Le nez des deux vins a également évolué. Les notes boisées, d’épices et de fruits rouges de Haut-Mazière offrent un bouquet plus fondu, avec des notes de sous-bois. Le nez bouqueté de Puyfromage, légèrement réglissé et menthé, accompagné de notes empyreumatiques (goudron) et de liqueur de fruits rouges est lui aussi plus fondu, en laissant apparaître des notes viandées.

La bouche des deux crus présente aussi des différences manifestes concernant la qualité des tanins, plus enrobés et plus fondus, presque « lissés ». Les deux vins embarqués offrent dans les deux cas une plus grande fraîcheur finale, surtout pour le plus jeune d’entre eux.

Le vin s’affine donc en mer en accélérant son vieillissement, l’évolution de sa robe, la maturation de son bouquet et l’affinage de ses tannins, tout en recomposant son équilibre gustatif avec une perte de sucrosité et un gain de fraîcheur.
On constate que l’évolution est plus sensible sur des vins jeunes que sur des vins plus âgés déjà assagis par le temps.

De toute évidence ces voyages s’adressent surtout à des vins colorés, dotés d’une structure puissante et charpentée (type Bordeaux / Côtes du Rhône / Languedoc), en mesure de supporter une modification accélérée de leur métabolisme.

Par François MARTIN - Publié dans : FRANCOIS MARTIN
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 13 mai 2013 1 13 /05 /Mai /2013 10:38

La première édition du Salon des vins de La Rochelle (4 et 5 mai 2013), organisé au Forum des pertuis par le magazine Terre de vins, fut l'occasion pour moi d'animer des ateliers oenologiques gratuits sur les thèmes "Les blancs secs de la Loire" et "Rive gauche, rive droite, les vins de Bordeaux à la loupe".

Je vous propose de lire l'article de Sud Ouest Dimanche consacré à ces deux journées pédagogiques en cliquant sur l'image ci-dessous :

Par François MARTIN - Publié dans : REVUE DE PRESSE
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 15 avril 2013 1 15 /04 /Avr /2013 09:27

primeur_2012.jpg
Du lundi 8 au jeudi 11 avril 2013, comme chaque année au début du printemps, Bordeaux présentait ses vins primeurs aux acheteurs de la filière et aux journalistes spécialisés venus des quatre coins de la planète.

Chacun le sait, les échantillons proposés à la dégustation sont le reflet du meilleur de la récolte, assemblés avec soin et préméditation. Il ne s’agit pas là d’une tromperie, mais plutôt d’une volonté de montrer le visage du millésime le mieux éclairé.
De toute évidence, ces vins en cours d’élevage vont connaître une phase d’évolution aromatique et gustative qui va déterminer leurs véritables qualités organoleptiques. Seul, la dégustation horizontale des vins conditionnés permettra d’apprécier véritablement, au fil du temps, la dimension du millésime. Néanmoins, ces vins adolescents révèlent des tendances qui autorisent un premier avis qualitatif.

Concernant le millésime 2012, on peut d’ores et déjà affirmer que les vins blancs secs de Bordeaux, dont certains sont déjà en bouteilles, se révèlent aromatiques, frais et onctueux. Ils s’expriment magnifiquement pour l’AOP Bordeaux et trouvent leur quintessence à Pessac-Léognan.

La qualité des vins rouges paraît plus contrastée. Le climat du mois d’août et septembre 2012 a favorisé la maturité du Merlot, mais n’a pas toujours permis d’obtenir courant octobre, une maturation suffisante des Cabernets Francs et surtout des Cabernets Sauvignons plus tardifs. Pour la seconde année consécutive, les vins de la rive droite (St-Emilion, Fronsac et Pomerol) avec une majorité de Merlot dans l’assemblage se goûtent mieux que les vins de la rive gauche, où le Cabernet Sauvignon reste majoritaire. Quelques vins de Margaux,  mais surtout ceux de St-Julien et de Pauillac, tirent avantageusement leur épingle du jeu.

À de rares exceptions près, les liquoreux ont manqué de pourriture noble et offrent cette année des vins moins concentrés.

Malgré une climatologie difficile avec des incidences inéluctables sur l’état sanitaire de la matière première, Bordeaux a présenté cette année un millésime très convenable, qui prouve si besoin, une maîtrise technique inégalée… 

Par François MARTIN - Publié dans : FRANCOIS MARTIN
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

degustation_a_domicile.gif

france degustation

atelier degustation

 

DÉGUSTATION À DOMICILE SUR M6

MES LIVRES

livres.jpg

SUIVEZ MOI !

facebook icon

PARTENAIRES

editions_feret.gif
editions_sudouest.jpg

vitisphere.gif

logo_terredevins.jpg

academie-de-la-couleur.png

inaativ.png

BLOGROLL

ABONNEZ VOUS AUX FLUX RSS

  • Flux RSS des articles

COORDONNÉES

François MARTIN
06 85 06 42 06
francoismartin.degustation@gmail.com

 
Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés